Archive quotidienne 26 mars 2015

Article Ouest-France : Bruz, la Protection civile était en démonstration, samedi

Article Ouest-France

bruz ouest france« N’aie pas peur, ce n’est pas un vrai blessé », rassure une maman, samedi, dans la galerie commerciale Cap Vert. Son fils est effrayé à la vue d’une démonstration effectuée au stand de l’antenne bruzoise de la Protection civile installée pour la journée dans la galerie commerciale.

« Nous réalisons une journée de communication pour susciter des vocations, sensibiliser la population et apporter nos compétences en matière de formation », explique Sandrine Louyer, responsable de l’antenne de Bruz.

Apprendre les bons gestes pour sauver des vies

Tout au long de la journée, les cinq bénévoles de la protection civile ont expliqué leur rôle en réalisant des démonstrations – prise en charge d’une victime d’un accident de moto, massage cardiaque… – et en détaillant l’utilité des matériels présents : sacs de secours, brancard, motopompe, mannequins de formation, véhicules de secours.

Les gens venant faire leurs emplettes ont très souvent réalisé une halte, curieux de découvrir les divers champs d’intervention de l’entité. Certains posaient des questions très précises : « Que dois-je faire si une personne tombe ? » Des parents se sont informés, pour leurs enfants, sur les formations en matière de premiers secours.

« On perçoit une volonté de plus en plus forte du public d’apprendre les bons gestes pour sauver des vies », précise Marie Rocher, chargée de communication à la protection civile. Ainsi, plus d’une cinquantaine de contacts ont été pris pour réaliser la formation de prévention et secours civiques de niveau 1 ou PSC1. Quelques-unes de ces demandes émanent même de responsables d’entreprises soucieux de former leur personnel ou de membres du bureau d’élèves du campus de Ker Lann.

« Nous avons récemment installé un poste de secours sur le campus, lors d’une fête d’étudiants », précise Sandrine Louyer.

Quelques personnes vont plus loin, en manifestant leur volonté d’adhérer à l’association. « Il faut aimer aider les autres pour devenir bénévole », explique Jérôme Pédro, l’un des permanents sur le stand.

Contact : Antenne bruzoise de la protection civile, stade Siméon-Belliard, rue Pierre-de-Coubertin. Tél. 06 63 03 15 57 ; courriel, contact-bruz@adpc35.org.

Source : http://www.ouest-france.fr/la-protection-civile-etait-en-demonstration-samedi-3281958

Ouest-France : La Protection civile constate une baisse de ses bénévoles

Article Ouest-France

ouest france protection civile pse2 mordellesCe week-end, la Protection civile d’Ille-et-Vilaine assurait la formation de neuf équipiers secouristes dans les locaux de l’antenne locale, au 38, avenue du Maréchal-Leclerc.

Pour être secouriste, il est nécessaire de réaliser une formation spécialisée de 70 heures, en deux parties (niveau 1 et 2). Les secouristes, en formation durant trois week-ends, sont déjà secouristes de niveau 1 et seront pleinement opérationnels à la fin du mois.

« La formation est une certification avec une obligation de recyclage régulière. L’expérience terrain compte aussi beaucoup », explique Stéphane Clément, secrétaire départemental. « Pour être secouriste, il faut aimer aider les gens et donner de son temps. Il faut aussi apprendre à travailler en équipe. C’est une passion, un don de soi », explique un formateur.

De 190 à 139 bénévoles

La Protection civile est agréée Sécurité civile au service des habitants du département depuis vingt ans. Elle est membre de la fédération nationale. Fin 2013, l’association affichait 190 bénévoles. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 139. « En moyenne, nos bénévoles s’investissent trois à quatre ans. »

La Protection civile d’Ille-et-Vilaine dispose aujourd’hui de sept antennes sur le département et assure trois missions principales : les missions de secours, la formation aux premiers secours et l’assistance aux populations sinistrées.

« Les bénévoles sont formées par nos soins et nous avons un agrément préfectoral pour assurer la formation du grand public aux gestes qui sauvent. »

Très souvent sollicitée, la Protection civile assure des postes de secours sur tout type de rendez-vous, « que ce soit sur des braderies, ou encore sur des événements de plus grande envergure comme le festival des Vieilles Charrues, le Marathon du Mont-Saint-Michel ou le Carnaval de Nice, précise Guillaume Becker, directeur opérationnel départemental. Nous avons beaucoup de demandes de postes de secours mais pas assez de bénévoles. Ceux qui sont présents sont trop souvent sollicités et s’essoufflent. Il est important de renouveler les équipes. »

Ces bénévoles peuvent aussi être appelés à intervenir sur des problèmes plus importants, « comme lors des inondations de Guipry-Messac l’an passé, qui ont nécessité une mobilisation pendant trois mois. Lors de ces gros sinistres, nous avons aussi besoin de personnes qui s’investissent à nos côtés pour assurer une aide logistique, nous aider au déblayage et au nettoyage des sites par exemple. Ces bénévoles n’assureront pas les premiers secours aux personnes mais soutiendront les équipes ».

Concernant l’engagement, chacun peu s’inscrire librement, en fonction de ses disponibilités. « La formule est très souple. Pour être secouriste, l’âge minimum est de 16 ans et aucun prérequis n’est exigé. Devenir secouriste n’est pas compliqué. »

Contact : 02 23 25 06 31 – ille-et-vilaine@protection-civile.orgwww.adpc35.org

Source : http://www.ouest-france.fr/la-protection-civile-constate-une-baisse-de-ses-benevoles-3282051